Rusted Carcasses

Un véhicule auto-mobile se doit d’être en mouvement. Il affronte le mur du vent, Il traverse la pluie, il affronte les éléments, la grêle, la neige et même les insectes ou les cailloux qui s’écrasent sur son pare-brise. Et puis un jour il s’arrête.
Parce qu’il est vieux, ou fatigué, à cause d’un accident, ou parce qu’il est tombé en panne comme on tombe malade.
Mais ce jour là, personne a voulu faire l’effort de le réparer. Alors comme on abandonne quelqu’un, ce véhicule est resté là.

Certains charognards l'ont dépecé, déshabillé, démonté ou on a arraché de sa carcasse ce qui pouvait être encore utilisable. Livré au temps, il se décompose au fond d’une ruelle en ville ou au milieu d’un désert, à flanc de montagne ou dans une vallée profonde, parfois même laissé sur le bas côté d’une route fréquentée. Immobile, là, comme un bateau au fond d’une mer, comme une vie qui s’achève sans autre forme de commentaires.

Et quelle que fut son histoire ou l’intimité de ceux qui l’ont conduit, quelles que furent ses aventures, ses voyages,
le véhicule s’érode désormais, livré à lui-même sans énergie, sans moteur, comme une sculpture de la beauté rouillée offerte à mâchoire du temps, à l’air libre, de retour à la poussière.
 
1/1